jeudi 22 décembre 2016

nous et le logo de nos coeurs

il a tout du banquier
tout du gendre idéal
pantalon de velours grenat
chemise couleur crème
sauf que son ami imaginaire semble être un député centriste avec qui il parle au téléphone 
sauf que son téléphone portable est une banane en plastique

soliloque avec tout le monde
ou alors dialogue avec personne

il dit que les pyramides ne sont pas des tombeaux
que les archéologues nous mentent depuis des siècles
que certains artistes le savent bien qui ont le courage oui parfaitement le courage
de se ridiculiser en public
à la radio
il dit que le complot est gigantesque
que l'univers est un hologramme
et que grâce à des médias corrompus
l'oligarchie peut continuer à travailler tranquillement à nous trahir

nous l'humus
nous la vraie élite 
nous et le logo de nos coeurs
nous et nos maisons irréelles
nous et nos vies catastrophiques
nous
nous devons d'urgence réinitialiser nos rêves

il s'apprête à quitter la rame du tramway en prenant par la main sa valise-cabine
mais juste avant il se retourne
toujours aussi hâve de figure
et se fend d'une ultime assertion
qui n'est pas un clin d'oeil
qui n'est pas un rictus
qui n'est pas non plus un poing levé

n'écoutez aucun conseil
y compris celui-là

vendredi 16 décembre 2016

en marchant vite ça se verra pas (à Pénélope Corps)

...
...
...
si tu ne désires rien
tu ne sais rien
je l'ai rêvée cette phrase
écrite en espagnol
gravée au couteau
sur une planche à découper
moi je ne parle pas l'espagnol
moi je suis l'anomalie 
moi je suis la de suite suspecte
ou alors la voleuse d'amour
ou alors la petite abandonnée
ou alors la gamine hybride 
éduquée par les bois
et la mémoire des pierres
et l'amour de sa maman
déficience mentale
en marchant vite ça se verra pas
elle dit ça maman
je vois que ça moi
mon ourlet défait
et les mille milices scientifiques qui vont avec
souvent
souvent tous les jours
souvent à la même heure 
j'échoue sur la presqu'île
où les mots me mâchent
mais j'écris pas moi je marche et puis je crie
et puis je creuse la nuit avec mes doigts
et puis je me creuse moi
et puis plus rien
j'aime pas les poèmes putain
j'aime pas les poèmes qui parlent de poésie putain
<br>
<br>
trop tard

vendredi 2 décembre 2016

la ville fait des cercles

la ville fait des cercles
la ville est connue pour ça
la ville fait des cercles
ou alors c'est la nuit
ou alors c'est moi
fait toujours nuit avec moi
paraît-il
ou alors il pleut
ou alors les deux
et puis y a de la tendresse
et puis y a quelqu'un qui vomit
Loïc peut-être
célibataire sans ressource
ce soir il étouffe
peut-être à cause de Lucie
maman solo au smic
qui souffre souvent de spasmes
surbrillance du carrefour giratoire
les bus ne prennent plus de voyageurs
et les chiens la ferment enfin leurs gueules
tel un prince en exil
je sors de la supérette en m'éloignant
de l'haleine des gens
de leurs matchs
de leurs messes
et pars un peu rêver la vie

au bord du fleuve
un petit quart d'heure
épouser la rouille
et que soudain plus rien ne me manque

dimanche 27 novembre 2016

Patrick

il est artiste-peintre
se présente comme un païen
il vit dans des constructions modulaires
sur un immense terrain vague 
non loin de l'aéroport

il peint principalement des portraits
des portraits de poètes blancs si possible non-juifs
des portraits de dessinateurs de bandes dessinées 
ou de hauts fonctionnaires nazis
ou de la bassiste de Sister of Mercy 

il a du mal avec les femelles
il a du mal avec les métis
il ne croit pas au métissage
il ne croit pas à l'influence japonaise sur l'oeuvre de Vincent Van Gogh
il ne croit pas non plus que le plus ancien squelette d'hominidé
ait été retrouvé en Ethiopie 
propagande il dit
en reniflant trés fort
vraiment trés trés fort

il a également beaucoup de mal avec les prénoms
j'ai mis à peu prés trois ans avant de connaître le sien 
Patrick 

Patrick ne dit jamais bonjour
et quand quelqu'un lui dit bonjour
il répond
"on va dire ça"
en reniflant très fort
vraiment très très fort

il est super content que je sois désormais membre de la Sacem
(merci à Margot du groupe Delmar)
grâce à ça 
il est persuadé que je peux faire favorablement impression sur un éditeur

sinon il vient juste de finir une petite cabane pour que ses quatre  chats y puissent dormir cet hiver
et il les appelle comment ses chats hein ?
ben les chats
Patrick a beaucoup de mal avec les prénoms

Mathilde

elle a de très bons gènes
elle en convient
elle n'en fait pas toute une histoire
même si elle fait super gaffe à son alimentation
peu de sucres
pas trop de glucides
et pas du tout de viande
un de ses grands plaisirs dans la vie
c'est de traîner en pyjama de flanelle 

et d'explorer la bibliographie de Margaret Atwood en croquant quelques morceaux de chocolat à la lavande
l'argent n'a jamais été un moteur pour elle
en revanche l'indépendance financière a toujours été une priorité
elle a parfois eu de la chance
elle a parfois été bien inspirée
mais c'est d'abord son ardeur au travail ainsi que sa créativité qui lui ont permis d'apprendre rapidement de ses erreurs
la drogue l'alcool la flambe
les mecs persuadés de coucher avec elle simplement grâce à leurs belles gueules
elle a très vite trouvé ça sordide
et dans son milieu
beaucoup ont trouvé ça sordide
qu' elle puisse trouver ça sordide
l'humanité est tellement insipide
qu'elle étudie le moindre contrepoint qui lui paraît rafraîchissant
elle n'est pas vraiment inquiète de sa date d'expiration
non pas vraiment inquiète
car elle aime toujours autant s'instruire et ne porte jamais de culotte


COLLECTION METEQUE :TOSHIHIRO OKADA.

Le livre de Jean-François Dalle est un chef d'oeuvre collectif. Orchestré d'une main puissante et caressante, il donne à voir les photographies hallucinantes, bouleversantes, grinçantes, mouvantes de Toshihiro Okada (black opal), artiste inconnu au Japon - C'est pourquoi ce livre fera date (ou devrait faire date) dans l'histoire de l'art. Accompagnant les photos, quelques textes (onze auteurs) ouvrent des perspectives, les ferment, clouent le bec aux tartineurs modernes par l'économie des mots, les phrases qui claquent comme portes en fer. Dans les noirs et blancs de Jean-François Dalle et d'Okada, ce sont les formes du monde qui se mélangent, aspirées, déplacées, laissent un bon gros noir profond derrière. Tout à redessiner dans un sourire édenté. Avec des textes de Marlene Tissot, Léonel Houssam, Séverine Castelant, Heptanes Fraxion, Nadine Jannsens, Marianne Maury Kaufmann, Werner Moron, Geneviève Paclerc, Thomas Vinau, Clemence Rose, Nicolas Albert G.
42 euros ? un cadeau vu le travail, l'objet. Un peu comme un coffret deluxe du velvet underground qui aurait été acheté en 66, voilà ce que j'en dis.
Disponible sur commande sur http://www.revuemeteque.com/static/collection-meteque/
Soirée de lancement le 29 novembre à la librairie Libres Champs Léa dans le 6ème arrondissement parisien:
https://www.facebook.com/events/170860840041366/


NAG

dimanche 13 novembre 2016

ça et la gentillesse

les ténèbres s'éteignent
brume autour de la loupiote
brume tout autour
l'océan est loin pourtant
mais grâce à un spray nasal à base d'eau de mer
ma cuisine devient cambuse
et mon balcon devient bastingage
et mon appart un putain de rafiot
les ténèbres s'éteignent
je me suis rasé le crâne
j'ai fait un bout de vaisselle
j'ai descendu les poubelles
et puis j'ai quitté mon couple définitivement
les ténèbres s'éteignent
ce matin le mail est luisant de rosée
où craquent les feuilles comme des chips
je pense arbre généalogique
je pense branche morte
je pense à moi
la solitude produit son propre vin
une pure merveille que je savoure
çà et là
ça et la gentillesse des filles peu recommandables
ça et la gentillesse
les ténèbres s'éteignent

dimanche 6 novembre 2016

pluie sur le ballast

pluie sur le ballast
pluie sur le ballast en attendant ma correspondance en autocar
à Carmaux
dans la cour de la gare 


comme c'est trop bien
j'ai pas les mots
ni les bons ni les gros
Gwenn oui
qui veut pendre avec leurs tripes
tous les épiciers et autres radins du coeur
du genre motards
du genre connards enflés d'orgueil
du genre littérateurs
et dans la foulée cramer les écoles où on n'apprend plus qu' à obeir
à part ça
elle me remercie de l'avoir laissée délirer avec le clitoris de mes seins
je gueule un peu pour la forme
mais pour de faux
passqu'en fait chuis ému
hého et mes pectoraux alors?
oui ça aussi
elle me dit Gwenn la gouine
et j'entends feuler son sourire au téléphone
fusée qui déclenche autour de moi cinq bonnes minutes d'aurore
feu sans feu
alors que la nuit saute en parachute
et tombe au ralenti
pluie sur le ballast
pluie sur le ballast
en attendant ma correspondance en autocar
à Carmaux
dans la cour de la gare


les feuilles mortes me torchent le coeur
...
...

MA GUEULE VU PAR REALPOETIK

Heptanes Fraxion:
Vieux de la vieille, du genre à avoir déjà invoqué les mânes de Cendrars sur Minitel.
Pense que la poésie aujourd’hui c’est sur des blogs obscurs, et le met en pratique.
Publications en revues (Métèque, le Cafard Hérétique, etc).
A développé, comme ça, en douce, une des voix les plus reconnaissables de la poésie contemporaine. Comme si ça allait de soi.


REALPOETIK




REALPOETIK N 8


(photo:Elodie)
Jim Floyd / Heptanes Fraxion  (photo: Séverine Castelant )



VIOLENCES # 1

                                    à commander chez luna_beretta@outlook.fr

dimanche 23 octobre 2016

mauvais cheval

il boite
mauvais cheval que son squelette ce soir
les cheveux gris c'est lui
le sang en plastique c'est lui
il vient d'apercevoir son ex sortant d'un bar bouillant
bouillante elle aussi au bras d'un type aux yeux clairs
probable passé d'athlète
bossant probablement dans la téléphonie mobile
ils ont tous des rires débiles dans ce milieu
et des pantalons qui leur rentrent bien dans le fion
chaussures ultra pointues évidemment
plus t'es gentil
plus elles se barrent les meufs
il pense surtout à tous les bons skeuds qu'il a perdu pendant le déménagement
enfin bref
il quitte les beaux quartiers stériles
la nuit s'annonce bien froide qui arrive avec la pluie
avec la zone
avec le vide
avec le corps qui ne produit pas assez de cortisone
boulevards circulaires comme des scies
le long des rails
le long de l'eau qui marche du canal du Midi
il boite
et même sa béquille boite




mardi 20 septembre 2016

Gilles

revu Gilles l'autre jour
devant la médiathèque
on a parlé de ses cultures maraîchères
on a parlé de Ken Stringfellow
le mec de Seattle qui par un incroyable concours de circonstances
a accepté de produire son album

on a aussi parlé du suicide de son ex femme
une nana aussi perturbée que perturbante
procédurière au possible
la mère de sa fille aînée

elle avait tout pour réussir ça
toute la panoplie à portée
toute la pharmacopée

c'est pas trop loin où tu vas
il me dit
finalement c'est pas trop loin
ça dépend d'où tu pars
je lui dis
toujours pareil
gros steak que son rire pectoral
poignée de main marquante

on a parlé
et puis cirro-stratus au delà de l'arche

mercredi 7 septembre 2016

début septembre

mon père me laisse un message téléphonique
il s'inquiète de ne plus avoir de nouvelles de ma mère
problème 
mes parents ont divorcé il y a 25 ans
problème 
ma mère est décédée voilà bientôt six ans
le lendemain nouveau message de mon père
euh il s'excuse pour ce moment d'absence
et me raconte deux trois histoires passionnantes
d'astéroïdes et d'exoplanètes

le fanzine Violences sera en noir et blanc
format A5  
il me tarde de voir la couverture

je me fais un peu chier ici
je dois dire
mais de façon très agréable

au bord des falaises 
la bière me monte légèrement à la tronche
ma barquette de nouilles sautées est carrément délicieuse 
encore merci Virginie pour cette adresse

ciel et mer pareillement bleus
aux yeux gris de Gwenn la gouine
femme-soeur
qui trouve mes comparaisons trop chou 

apparemment
elle ne serait pas contre
je cite
tamponner de nouveau
mon gros clitoris avec sa petite bite

et partout
d'un seul coup
tout est cantique
et partout
d'un seul coup 
tout est cantique

mardi 6 septembre 2016

les gens sont laids ou alors c'est moi

trois tasses de thé vert
quelques morceaux de pastéque
une barre de chocolat
un yaourt
mon crâne à raser
mon ombre à boxer
mon ombre ou bien le tancarville
sauter à la corde
baiser le carrelage 
écouter la radio 
faire tourner l'horloge
pas envie de sentir bon
pas envie de jouer le jeu
éviter de justesse
le peu de famille qu'il me reste
mon père notamment et ses fixettes malsaines
qui prend en otage nos conversations 
en insultant la mémoire de ma mère
je finis blessé
je le lui dis
et le lendemain
je trouve une lettre sans timbre dans ma boite
Heptanes
tu me fais vivre un nouveau drame
ton père
tout pue
la canicule
la pleine lune
les gens sont laids
ou alors c'est moi
un truc dans ma bouche
un truc dans mon nez
j'attends la pluie comme tout le monde
la bière a comme un goût de bave 
mis à part ça
je fais cuire du riz 
mis à part ça 
tous vos reproches sont fondés

c'est comme ça maintenant

il a travaillé 40 ans dans la restauration à Paris
mais il voulait pas mourir là-haut
avec tous ces cas sociaux 
alors il est redescendu ici

son père était diabétique
sa mère était diabétique
du coup lui aussi
des pâtes
du couscous
une grappe de raisin
du sucre y en a partout

il a un ami qui est comme lui
un grand enfant 
un grand fan de Barry White
à part que lui
il a un ranch à trente bornes en allant vers la mer 
et des migrants qui viennent tout le temps le squatter
et un jour il en a eu marre le copain
et un jour il a sorti son fusil et tiré deux coups en l'air 
manière de dire
oh ça suffit 
les migrants ont porté plainte
et c'est lui qui est emmerdé maintenant
il dit que tout ça c'est politique
il dit qu'à notre échelle on y peut rien

faut qu'il aille voir pour une nouvelle machine à laver
faut qu'il aille voir là-bas dans la zone où c'est pas cher
la sienne lui aura fait six ans finalement
c'est pas mal

il dit que c'est comme ça maintenant
le viagra pour les vieux 
la pilule pour les jeunes 
et que les femmes sont des bourriques
et que nous les hommes
pauvres couillons
c'est nous les bêtes sur cette terre

vendredi 2 septembre 2016

du baume au coeur

ciel couvert ce matin
et puis nuages et puis soleil dans la journée
il y va toujours de son petit bulletin météo
dans le bus
il a le verbe haut et l'élocution limpide
il est toujours habillé comme ça l'été
chemise orange
bermuda beige
gilet de baroudeur
sandales en cuir marron
il dispense ses conseils culinaires
commente ses achats
multiplie les mimiques 
et les compliments
aux enfants
aux mamans
et drague pour de faux les petites mamies
tellement prévenant que ça énerve tout le monde
tellement rassurant que ça fout les miquettes
parfois il raconte sa vie
que son père mesurait 2 mètres
que sa mère mesurait 1m55
que sa mère est décédée
il y a trois ans
des suites d'une mauvaise chute
que sa soeur ne s'en est jamais remise
que sa soeur est morte de chagrin l'hiver dernier
deux mois avant son cousin germain
celui avec qui il faisait les 400 coups quand ils étaient gamins
78 ans sa mère
49 ans sa soeur
53 ans son cousin
ça fait beaucoup de malheurs en peu de temps
déménager va lui faire beaucoup de bien
le bâtiment 8 est devenu invivable de toute façon
tous les soirs du trafic
tous les soirs du boucan
oh que oui
déménager va lui mettre du baume au coeur

mercredi 31 août 2016

moi je sais James

James James James
James m'en veut un peu
il comprend pas que je n'écrive pas sur lui
y aurait de quoi pourtant

chimères dans le bar 
où les conversations sont des QCM 
il cherche du haschich 
afin de fêter dignement son divorce hebdomadaire

il n'est pas le premier James 
à préférer se mettre la tête 
plutôt que d'avoir à affronter sa meuf
et je ne suis pas le seul à trinquer avec ma bouteille de vin
comme un vieux con
mes fantômes ce soir sont tous des chrétiens cannibales
des chiens se battent dans le soleil couchant
un genre de perfection

James pense également que  je suis un vieux con
et que je n'ai pas vraiment connu Cindy Espagna
bien sûr que si 
je lui dis
nous avons même prié ensemble sous un ciel en sueur
un autre ciel sous lequel
elle ne s'appellait pas Cindy Espagna d'ailleurs 
mais Jennifer Garcia

James lui aurait aimé s'appeller Jean-Pascal
ça l'aurait peut-être aidé
à lui rapporter quelques points de vie supplémentaires
ça t'irait bien Jean-Pascal en plus je lui dis

James me souhaite une bonne branlette 
et me compare plus ou moins à un pédophile
enfin pas frontalement hein
c'est d'abord un musicien et un poète
un mec de talent aussi
qui doit d'un coup se détraxer la voix
bien qu'il n'ait aucune idée de ce que cela peut bien vouloir dire
moi je sais James
moi je sais
parler parfois fait tout pourrir

jeudi 25 août 2016

louange à Cindy Espagna

Cindy Espagna
les seins elle n'aime pas ça 
alors elle n'en porte quasiment jamais
des jambes mythologiques 
ça
par contre 
toujours
qu'elle satine tous les jours à l'huile de chanvre

Cindy Espagna
son paternel est fonctionnaire
alcoolique et bipolaire
et à chaque crise
il se fout à poil
et découpe leur maison éclusière en tous  petits morceaux
et les balance aux chiottes
sa mère  
juste alcoolique
dit qu'il ne faut pas s'inquiéter
que ça va lui passer
mais ça passe pas 
alors Cindy Espagna engueule les pompiers
ou bien négocie avec le SAMU
pour qu'ils viennent le récupérer et le soigner 
son père
ou bien quoi
ou bien rien

faut pas se fier à ses airs languides de nymphe androgyne
elle envoie du bois Cindy Espagna
une fois
au bahut 
je l'ai vu plier en deux un lascar fan de basket
d'un coup de poing dans le bide
parce qu'il lui avait mis la main au cul

Cindy Espagna 
elle est d'abord intransigeante avec elle-même
Cindy Espagna
elle s'épanouit dans le changement
Cindy Espagna
la solitude et le silence lui font moins peur que les rêves de pouffiasse de sa soeur jumelle

pandémie
gouvernance économique
ténèbres du dehors
tout va moins mal quand je pense à Cindy Espagna


mercredi 10 août 2016

Grande Ourse

avoir l'air c'est déja être un peu
ça c'était moi avant
moi tout craché 
les avocats
les compromis compromettants
les sangliers morts
les politicards de merde
toujours à se goinfrer
avec des femmes
avec des allures
je te dis pas
y en a beaucoup des comme ça en Lorraine
des gens qui se voient plus beaux que la photo
mentalité exécrable 
mes enfants étaient mal dans leurs têtes
Noémie notamment
ma petite dernière
alors j'ai quitté ce boulot que beaucoup m'enviaient
et je suis parti monter une boutique à Narbonne
où ça s'est pas très bien passé
ça n'a pas marché quoi
logique comptable
logique comptable
et mon associé m'a planté
c'est pas bien grave
maintenant pour un salaire dérisoire
je range et je balaie des réserves sans indien
et des quais où aucun train ne passe
parfois par dessus les bennes à ordures 
et les piles de palettes
j'aperçois la Grande Ourse
les grands mouvements immobiles du ciel
c'est pas très original comme symbole hein
mais moi ça me parfume l'intérieur du thorax
et c'est comme un parfum qui me soigne

jeudi 21 juillet 2016

idéalement

des chiens débiles
des enfants chiants
de la musique de merde
des aphtes
un truc qui cloche dans le dos
et un sommeil haché comme un steak

envie d'aller nulle part
pas envie de rester ici
besoin de rester seul
besoin de voir du monde
besoin d'un second souffle au taf
que les pénibles ne prennent pas toute la place

j'aimerais aussi que mes bras mesurent d'un coup 149 km de long
afin de pouvoir aller enlacer Dame Lynx à l'autre bout de l'Occitanie

j'écris tout ça à mon frère qui me répond presqu'immédiatement
"moi ça va
il me tarde les vacances
à bientôt
bise "

idéalement
il faudrait que je passe un grand coup de balai dans l'appartement
un grand coup de balai
ainsi qu'un bon coup de serpillière

mercredi 13 juillet 2016

Fred (version mec)

pour choisir son nouveau dictionnaire
il a sa méthode bien à lui
il regarde la définition d'un mot bien précis
un mot que personne ne peut expliquer
et ce n'est pas le mot tennis non
c'est le mot bible
là par exemple 
dans ce dictionnaire
ils disent
ouvrage qui fait autorité 
d'accord
alors que dans celui-ci
ils disent
ouvrage fondamental
déjà 
à la base 
c'est pas pareil

il va plutôt se décider pour ce dico là
le prix est très raisonnable qui plus est
suffit que sa femme ne l'apprenne pas
car sa femme préfère les ordinateurs
les tablettes
les liseuses
c'est son truc 
toute cette merde technologique
et comme par hasard
depuis un an 
ils ont pour voisin un spécialiste de tout ça
les robots qui allument le chauffage
les caméras qui ouvrent le portail 
et sa femme trouve ça merveilleux et ô combien rassurant
mais c'est ptêt le voisin lui-même 
qu'elle trouve merveilleux et rassurant
aucun charisme pourtant ce type
aucune personnalité non plus
mais bon avec lui
au moins
y a pas à dire
tous les mois
BIM
l'oseille elle tombe

lundi 4 juillet 2016

Fred (version meuf)

babyfoot improvisé avec un écrivain célèbre 
c'est pour ça moi que je l'aime ce métier 
je ne peux pas y renoncer juste comme ça 
soit je me mets une pression de dingue
soit je procrastine à mort
du coup 
en ce moment 
je vois plus mon psy que mes potes 
toujours cette peur qui ne me lâche pas 
depuis la mort de mon père 
30 ans c'est l'âge délicat 
c'est difficile pour nous les femmes je trouve
sur la route
dans la Drôme 
à la tête 
je me cogne tout le temps
je serre des mains trop fort
j'oublie des trucs
mon agenda 
mon téléphone 
un bon de commande 
parfois à l'autre bout de la France
dans ma bagnole 
sur le parking
je me fais une soirée Marilyn
une bouteille de Champagne 
et deux cachets-bisou
et à l'hôtel 
je commence à l'apercevoir la frontière 
où il fait beau
où je me sens belle
où je peux encore y croire moi
à ma grande histoire d'amour 

samedi 25 juin 2016

Pascale

elle doit faire une remise à niveau tous les 5 ans
une formation à Toulouse sur deux jours
chiante la formation
elle est originaire d'Île-de-France
elle a vécu 5 ans dans les Landes
elle a deux fils
qui sont grands maintenant
qui ont passé l'âge de tout casser
il faut qu'elle pense à faire changer ses pneus neige
faut absolument qu'elle y pense
y a pas eu de neige cette année
y a pas eu d'hiver non plus
et y a toujours pas de printemps d'ailleurs
et les Parisiens sont hautains
et les Aveyronnais pas très avenants
poche ou sac
coffre ou malle
chocolatine ou bien pain au chocolat
au bout d'un moment
on ne juge plus les gens sur leur accent hein
mais sur leurs actes
nos actes
on est que ça

vendredi 24 juin 2016

Pierrette

ici c'est le pays du rugby
alors j'ai acheté ça pour mon dernier petit-fils qui vit à Paris
vous aussi vous m'avez l'air de faire du sport
continuez
vous avez belle allure
au moins s'il vous arrive quelque chose
vous guérirez plus vite
regardez 
moi
l'année dernière
j'ai eu un accident d'hélicoptère
15 jours dans le coma et une opération de la hanche
ça ne se voit pas hein
j'étais kinésithérapeute dans les années 70
et j'ai participé à une compétition de nage en eau libre
où j'ai terminé dixième
et bien figurez-vous que le onzième était un homme
et il était vert de rage
mon Dieu
tout ça était si drôle 
SC

vendredi 17 juin 2016

fête sans personne

difficile de dire si c'est la voisine du dessus qui insulte encore ses gamins
ou bien si c'est celle du dessous qui pourrit encore son clébard
un vieux pitbull
un gros connard
qu'elle ferait mieux de branler de temps en temps
moi je me branle pas
moi chuis trop triste
la religion et la pornographie m'asphyxient la tronche
les escaliers sentent la clope et les oignons frits
y a quelques gouttes de sang en direction du local poubelle
il est presque midi
je pars me soûler sous le vent
me saouler sans boire
grâce au vent qui fait école
dans un angle pas si mort
un monsieur d'un certain âge
son journal sous le bras droit
sa baguette sous le bras gauche
marmonne des trucs mésopotamiens
ça pourrait être une prière
mais je crois juste qu'il peine à pisser
contre la palissade de chantier
qui entoure le terrain vague
terrain vague toujours ardemment convoité par la mairie
terrain vague toujours ardemment défendu par un comité de citoyens
sururbanisation contre coeur de quartier
ce genre d'histoire
putain d'histoire
sur le rebord de la tôle nervurée
les petits merles musclent leurs ailes débutantes
ce dimanche est une fête sans personne
des fois il faut

jeudi 16 juin 2016

fête sans personne

le vieux garçon revient des courses
le vieux garçon aux cheveux chauves
le vieux garçon qui a pris cher
et qui marche doucement
et qui respire mal
et qui trimballe son cabas
et que son cabas trimballe
le vieux garçon qui file des bouts de jambon
aux chats errants 
devant l'ancien garage automobile
que des jongleurs aux dents pourries avaient 
à un moment donné
transformé en restaurant clandestin
que la mairie a fait fermer par décision de justice
voilà deux trois mois
condamnant l'entrée grâce à d'énormes talus 
de terre et de gravier
talus qui sont d'ailleurs en train de joliment fleurir
sur le parking à l'abandon
juste là où ça craque
des plantes archaïques moussent spectaculairement
ce dimanche est une fête sans personne
des fois il faut


vendredi 10 juin 2016

Maryvonne

Maryvonne
elle n'a pas de voiture
elle n'a pas d'ordinateur
et Céline même si parfois 
avec son accent
elle a du mal à la comprendre
Céline lui fait toujours autant de bien
surtout en ce moment
avec tout ce qu'il se passe
et encore c'est pas fini 
elle le sait
elle le sent
ça va encore péter
elle me le dit
elle me le redit
elle transpire énormément  d'un coup
Maryvonne
sa prothèse orthopédique la fait souffrir
elle souleve légèrement la jambe droite de son pantalon
on nous embrouille 
on nous donne faim
et les magasins sont beaucoup trop grands

vendredi 27 mai 2016

l'apiculteur

vendredi 13
il pleut de la vache qui pleure
l'apiculteur fait ses courses dans l'hypermarché
les abeilles ne l'ont pas laissé bosser cet apreum
il a fini vers 15 heures
d'habitude c'est plutôt 20 heures
sa fille s'est écriée déjàaa ? 

il aime pas déranger l'apiculteur 
même quand il accapare les gens 

il est venu acheter quelques bouquins
il adore les philosophes
les livres il ne les garde pas
il les fait tourner
sa femme non
alors il lui fabrique des bibliothèques

il est aussi venu s'offrir un nouveau maillot de bain
qu'il sort de son panier à anse téléscopique pour me le montrer
il se demande si c'est la bonne taille 
il va plutôt aller poser la question à la caissière
elles ont le coup d'oeil pour ça les nanas
elle va pas le prendre mal hein
si je lui pose la question

pour l'encourager 
je lui cite en souriant la devise des paras
qui ose gagne
ça le fait pas rire du tout à l'apiculteur 

et encore une fois il me demande si je suis motard
et encore une fois je lui réponds que non 

jeudi 12 mai 2016

Cindy

on est mauvais
on est médiocre
on fait juste semblant de pas savoir

j'ai voulu en apprendre pourtant des choses
j'ai voulu en faire pourtant des trucs

à un moment donné 
j'ai fait même des choix professionnels
j'y croyais vraiment

les parents 
les amis 
les mecs
les aide-soignantes
y a toujours quelqu'un pour me gueuler dessus

je suis toujours la petite grosse à usage unique

suffit que je cherche la pureté
pour que de suite quelque chose se déchire
ou se casse ou se torde
une veine un bol une cuillère à café 

parfois la nuit
j'ai des moments de lucidité
où j'ai comme l'impression d'accoucher dans une rue sale 

chuis plus vraiment jeune
chuis pas encore vieille
et pour me réparer maintenant 
je peux plus trop compter sur mes rêves

mercredi 27 avril 2016

et puis parfois non

y a toujours du bon dans le mauvais 

sans le mariage 
elle n'aurait jamais appris à divorcer
et sans avoir divorcé
elle ne se serait pas remariée avec ce mec merveilleux
 rencontré lors d'un cours de danse
un mec passionnant de cuisine et de musique
comment fait-il pour sentir si bon cet homme
sans jamais se parfumer 

ça veut dire que si elle n'avait pas depuis toujours rêvé d'apprendre à danser le rock
elle ne serait probablement jamais redevenue maman 
surtout à quarante ans passés

elle est à la retraite depuis quatre ans maintenant
et elle est toujours autant remuée
quand elle évoque ses parents qui n'ont pas eu cette chance
émigrés
réfugiés
elle n'était pas sensée devenir professeur de philosophie
elle
Isabelle 
la sale petite espagnole
et d'y aller de son rire de souris

son mari est en déplacement
sa fille est à Paris
seul son chien l'attend ce soir à la maison 
un Setter Irlandais rouge
qui s'appelle Joyce
et qui a deux ans
et qui est plein de noblesse

mais elle est beaucoup trop bavarde
et puis elle est en train de perdre sa voix
ça y est sa voix se perd
faut vraiment qu'elle y aille 

la vie est parfois une telle punition
me dit-elle en me serrant la main 
et puis parfois non

mercredi 6 avril 2016

par contre il pleut

que ce soit avec le papy lettré
ou avec le voisin qui compte trop sur lui pour avancer le fric
en vu de la réparation du mur mitoyen 
ou bien avec la grosse infirmière pentecôtiste 
il n'arrive pas à rester calme 
quand on lui explique que c'est vrai passque c'est scientifique
ou passque c'est religieux
alors qu'en réalité c'est de la merde en barre tout ça
mais tu comprends
tout le monde a l'air tellement content
dans ces cas là
faut rien dire
marre des escroqueries
marre de faire la conversation
sa jambe lui fait toujours un peu mal
et il est toujours un peu constipé
il finit son yaourt périmé
tandis que sa nana continue à lui prendre le chou 
il arrose ses semis 
ses cosmos
ses pois de senteur 
il les évalue du bout des doigts
mmm
il sait pas trop ce que ça va donner cette année
ce soir il dormira dans la Fiat Punto 
il lui dit à Audrey
il a grandi à la montagne lui
ça lui fait pas peur
il lui dit à Audrey
t'as qu'a continuer à te toucher devant la téloche 
il lui dit à Audrey
31 mars 13 degrés
il fait pas froid
par contre il pleut

vendredi 1 avril 2016

Pâques

et Patrick?
toujour pareil
le travail c'est pas pour lui
il a suffisament de problèmes comme ça avec le calendrier grégorien
et les variations climatiques de ce printemps pourri
il se méfie toujours autant de la race humaine
patrons ouvriers
pour lui c'est du pareil au même 

et mon ex ?
ça a l'air d'aller
elle a refait sa vie
beaucoup trop vite
elle le sait mais c'est comme ça
chaque ovulation compte désormais
elle me dit
les yeux plein de larmes
elle veut me présenter son mec
pour le rassurer apparemment
vu qu'avant de la rencontrer
il s'était fait planter par sa meuf
qui au bout de six mois
était retournée vivre chez son mari 
comme un con
j'ai dit oui
elle avait l'air hyper contente

(toujours pas de nouvelles de mon frère) 

vendredi 25 mars 2016

jour de l'An

j'ai revu l'apiculteur au fait
tu te souviens de lui ?
il exporte tout vers l'Arabie Saoudite maintenant
par conteneur
par bateau
ça marche fort
il est content 
même si ça le fait un peu chier de ne pas vendre un seul kilo en France

il m'a raconté que pas plus tard qu'hier 
il a traité son meilleur ami d'enfoiré
son ami qui est blindé de thune 
son ami qui vient d'acheter trois appartements 
il sait même pas trop où
juste pour défiscaliser à l'outremer

ah et puis j'ai reçu une carte-postale d'Agata
tu sais
elle était venu l'été dernier ramasser des melons dans la région
70 heures payées 35
pour financer ses études
ça a pas duré longtemps son plan
elle est retourné à Poznan

j'ai rien contre les traditions séculaires
elle me dit
mais le droit de cuissage ça non

(toujours pas de nouvelles de mon frère)