samedi 28 novembre 2015

prothèses et impasses relationnelles

Hector
il est épris de justice
il est idéaliste
Hector il sait
et lorsqu'il ne sait pas 
il peut très vite devenir mesquin
c'est-à-dire radin du coeur
comme peuvent l'être les fils de profs
toujours à faire la messe

converser avec Hector
c'est soit acquiescer en permanence
soit la fermer pour toujours
et les conversations deviennent des débats
et les débats deviennent des procès
et finalement mon procès

tu sais Heptanes
les mots sont importants
les cauchemars sont aussi des rêves
pour se permettre de faire des reproches
faut être soi-même irréprochable
ça t'etonne qu'on puisse avoir envie de te foutre sur la gueule
il me dit

Hector
sa colère a toujours besoin de cibles
et sa propension à l'embrouille semble sans fin
c'est pas comme si je savais pas
y a cinq ans 
je l'avais déjà viré de ma vie exactement pour ça
je venais d'enterrer ma mère
et il n'avait pas supporté que je dise de ce fameux réalisateur
que je n'avais pas besoin de regarder ses films
juste ses bande-annonces

n'empêche ce soir
tandis que les amis redeviennent de simples utilisateurs
la mélancolie me murmure des trucs qui s'écoutent seulement à la bougie

jeudi 19 novembre 2015

comme un peu de choix dans ma vie lourde

quand je préfère chômer plutôt qu'obeir 
je vais voir les arbres 
non loin des gravières où se reposent les oiseaux
où d'aller si vite la lumière du soleil semble presque immobile

presque
passque quelque chose tremble
autour des monticules de sable
comme un peu de jeu
comme un peu de choix dans ma vie lourde
peut-être grâce au vin
ou peut-être pas

deuil deuil
ce monde crèvera dual
et moi aussi 
et moi avec
et oui Yoann
j'aime bien dramatiser

vendredi 13 novembre 2015

mots clefs n 36

...du sport
...des grillades
...de l'air pur
...du contact aucun obstacle à l'évasion
qui ça qui ça
ben des gens qui te parlent normalement pardi
oh ça va toi tu les as peut-être toi les moyens de ta politique
courbe ondulatoire & noyau galactique
il est toujours aussi chaud le petit bâtard et surtout n'oublie pas
de claquer le bisou à Tata

samedi 7 novembre 2015

Perrin Langda & Compagnie

jeudi 5 novembre 2015

tout ce qui s'oppose finit par se compléter

Paola
elle se plaint pas
elle dit juste la vérité
un procès au cul
et une tumeur à la thyroïde
alors fini les formules
elle est pas pète-sec Paola
elle est poiscaille ascendant vierge
"une vraie sainte"
elle materne pas
elle cherche juste quelqu'un avec qui décemment converser
son pays c'est Belleville
Belleville la noich
Belleville la feuj
Belleville qui chlingue et qui fleure bon 
le populo et la bourgeoisie bohème  
le pinard et la beuh
la bonne chère
la chère 
la pas chère 

Paola me parle d'un connard que tout le monde s'accorde à trouver talentueux
pas moi
je trouve que sa prose tord du cul pour chier droit
beaucoup d'ampoules pour pas beaucoup de lumière au final 
et du coup je lui cite le nom d' une nouvelle revue qui exceptionnellement
n'est pas une énième gazette tenue par un pseudo écrivain encore une fois trahi par les siens

Paola
elle oppose l'art absolu du retour à la saine solitude
à un certain collectivisme à but critique

tout le monde se touche avec ça
et tout ce qui s'oppose finit par se compléter
moi je dis en enchainant les bières sous mon abribus

si ça doit m'empêcher de penser 
elle préfère remettre notre discussion à plus tard
y a des sujets qui lui tiennent vraiment trop à coeur

ou alors elle m'écrira Paola
elle m'écrira un petit bleu 
comme on disait au temps de Stendhal  
et soudain c'est drôle
j'ai comme l'impression qu'il pleut des antidouleurs