vendredi 26 décembre 2014

mots clefs n° 35

maman papa
pipi caca
tout le monde subit
le philosophe
l'essayiste
moi aussi j'aime la haine
les bonnes résolutions
qui deviennent de mauvaises habitudes
l'âge d'or c'est bien fini
le fromage
y en a jamais trop
voilà c'est tout
je suis à moitié soûl
et la peine me poursuit dans le métro


mardi 23 décembre 2014

les frites de la vérité pure


quand il s'agit d'éthique et de morale
les règlements deviennent de suite confus
et il se peut qu'ils le restent
à l'approche des fêtes de fin d'année
au Flunch 
tout fait toc
sauf les trois copines
qui gloussent dans un coin
en comparant leurs achats respectifs de dessous
elles ont quoi 
20 piges
et portent toutes le hijab
moi en tant que poète de cafétéria
qui se consacre parfois 
aux frites de la vérité pure que contiennent les blasphèmes 
moi je kiffe grave
tiens
y a le père Noël qui sort des chiottes

vendredi 19 décembre 2014

rituel en attendant que la lumière me retrouve

moi aussi j'ai été un bouffon alcoolique
mais cette fois-ci
je ne m'automutilerai pas
ivre-mort sous la pluie 
un doigt dans la plaie
à faire de la peinture avec mon sang
dans un champ vierge de tout décor
au pire
pour me venger 
j'essuierai mon sexe sur la joue de ta soeur
pas besoin non plus de péter des trucs avec les délinquants pendant les manifestations
la violence de l'état envers les plus démunis
je connais
l'industrie qui nous prend pour ses peluches 
je connais
quand j'ai trop mal je prends ça
du recul du bon matos
rituel en attendant que la lumière me retrouve
nuage de douceur 
entre l'os de mon crâne et celui de mon derche
c'est bizarre 
c'est bizarre mais ça me plait
y a un truc sinon qui te tente au cinoche ?

jeudi 18 décembre 2014


Lidia B :" J'ai plagié Heptanes Fraxion ."

... ça fait juste comme un petit coup de poignard mal aiguisé dans le cœur ... Je n’ai plus peur d'écrire des conneries lues et évaluées par les cinq cents plus gros cons de la république… deux fautes...en plus j’ai presque tout compris…je bande plus fort... même que j'hésite à mettre des jeans… dire les choses simplement…l’herbe de Didier elle fait chialer aussi…pour la chaleur de ton sexe...la douceur de tes lèvres… un effet de non-souffle... je ne suis qu’une femme…la taciturne... la désaxée… nous sommes une éclipse... je ne suis qu’un homme… dimanche...j'ai failli me bourrer la gueule...alors j'ai arrêté de boire... j'ai écrit ensuite... des mots... des milliers de mots... je viendrai avec tous mes poils...cette maison devient chez moi...j’ai retrouvé le coussin... J’attendrai ...ma plus belle déchirure...

mardi 9 décembre 2014

et puis y a cette voix sur la route

ils me disent de pas bouger
comme dans une mauvaise série télévisée
les ordres viennent d'en haut
horreur et tendresse
j'attends pas je quitte les locaux
leurs mythes
leurs modèles
leurs logos 
ça marche pas trop avec moi
et tisser des liens avec les matons
j'ai jamais trop su
mais tout va bien
vademecum à la nique-ta-mère 
savantes combinaisons de la chaleur sur la pierre
bière à la main
au sortir d'un corridor boisé
je vise la lumière du nord
la meilleure pour valoriser ce genre d'histoire
et puis y a cette voix sur la route
normalement on va bien rigoler

...le numéro 100...c'est moi...

 


vendredi 5 décembre 2014

et la nuit ça te réveille parfois les rêves

tu verras Raphaël
tu verras Helena
tu verras
ils ont tout refait
le carrelage 
la veranda
corrélation et subtilité des réglages
après les arènes  
tu longes le tramway
jusqu'à l'hippodrome
et là tu traces
lycée
écluse
patinoire
c'est pas l'état qui gère ici
la mélancolie légère
la douce poésie
c'est l'état de grâce
le vent dans son domaine
il fait froid pour un mois de juin non ?
mais enfin papa on est en janvier
et maman s'énerve contre papy
faut pas tout abandonner
pas tout d'un coup
mais c'est rude
y a des limites
des yeux d'animaux
qui brillent sur la rive opposée
et la nuit ça te réveille parfois les rêves

vendredi 28 novembre 2014

contexte contexte

terroriste 
c'est parfois un putain de compliment
ouais c'est ça  
va chier
ce gamin c'est juste un connard 
d'ailleurs ce chat aussi
contexte 
contexte
au début était le cri
on vient tous de là peut-être 
un nuage une comète
une énergie immense
qui dirige
qui digère
la vie le vide 
trois fois rien
des planètes qui s'alignent
des détails qui font rêver
comme ton visage léonin
deux quatrains 
deux tercets
et mes couilles sur tes lèvres
j'ai toujours trouvé ça surestimé
tout ce rose génital
et donc décevant 
mais pas ce soir Sophie
mais pas ce soir
contexte 
contexte
au début était le cri

mardi 25 novembre 2014

Fabienne

c'est gentil ce que vous me dites
c'est rien 
c'est normal
bonne continuation
tout le monde a l'air parfait
tout le monde a l'air à la mode
méfiance
dans le grenier
quand il fait pas beau 
les familles elles viennent pas
ou peu
ou mal
ou pas du tout
je peux dire tout ce que je pense
de la purée
du steak haché
du danger moral
de madame Allegro
de son prénom composé
qui fait office d'infirmière 
qui entretient de très bonnes relations
avec la direction 
et qui me tourne autour
comme une auto  
comme une administration
au lit la nuit
au fauteuil le jour
et puis je suis partie
en plein hiver
me trouver un mari
fille inéducable
sous un ciel orange
presqu'entièrement noirci


vendredi 21 novembre 2014

Etienne

un mec louche
un mec touché psychologiquement
un drôle de mec qui vit dans sa tête
à la marge
à l'écart des bien-pensants
et de la sphère artistique conventionnelle
microclimat en Bretagne
Etienne surfe sur la toile
il se masse le sexe
au lieu d'accompagner à la plage
sa fille sa femme
dont c'est l'anniversaire aujourd'hui
il est où le problème
quelque part
des multinationales font des stocks d'eau potable
pour quand l'eau potable ne le sera plus
duplicité des dignitaires
réalisme spéculatif 
réseaux d'égoïsme et de gaspillage
à part ça
je ne sais pas vraiment quoi dire

Fabrice

il est en Belgique
il est fatigué
il est tout sec et tout bâtard
il commence à douter de l'efficacité de ce produit
il ne se rappelle plus de son enfance
à part qu'à dix ans 
il ne croyait déjà plus en Dieu
et que le cirque le rendait toujours triste
maintenant ça serait plutôt le port du niqab
ça lui tord littéralement le bide ce truc
la mélancolie
c'est quand même extraordinaire
le samedi après la pluie
ce temps soudain si clair
et puis le rôle moteur du vin rouge
et puis l'air de la mer
mine de rien ça détend
les carapaces des bagnoles qui rutilent
les petites éoliennes que sont devenues
les croix dans le cimetière militaire
novembre
ça y est 
ça remarche
il se sent un peu comme un cerf-volant

mardi 18 novembre 2014

mots clefs n° 34

pour moi
pour démarrer
ça sera un petit caoua
nous on est pas éternels
nous on apprend à se battre en jouant
et en jouant on apprend à jouir
nuages roses
annonciateurs de vent
je remplace quelqu'un qui n'existe pas
ça me rend tout chose
ça me fait de la peine
mais ça va
vas-y maman
branle-moi

vendredi 14 novembre 2014

Le Cafard Hérétique numéro 4 est arrivé !

mots clefs n° 15

c'est mon nom
c'est mon homme
mon ami mon amoureux
...sa naissance son mariage
...ses films de cul ses bleus
il ne veut pas de mon aide
ni de mes idées cadeaux
ni de mes jours heureux
alors comment créer sa boîte 
alors que faire quand on est nu
contactez-nous

ma veste en peau d'enculé

c'est dans ma veste en peau d'enculé
celle coupée à cru  
celle que déteste ma fiancée  
celle que dans ses rêves elle voudrait balancer à la poubelle
avec certains aspects de ma personnalité

c'est dans ma veste en peau d'enculé
celle pourrie par mes balades au bout du rouleau
mes allers-retours de petit joueur professionnel
"trop pécheur pour le paradis mais invulnérable à l'enfer"
comme disent les Celtes qui s'y connaissent en horoscope

c'est dans ma veste en peau d'enculé  
que j'explique la vie au DJ et à sa tête de tête de série
style qu'il arrête d'être aveugle des oreilles  
avec son electrojazz plein de vide
sinon
sinon j'irai chier dans son jacuzzi
ben ouais
c'est dans ma veste en peau d'enculé
que je change mon sang en sueur
et ma sueur en nitroglycérine
et tout ça en faisant rigoler mon gras
sur une rumba tordue comme mes jambes 
et tout ça en faisant rigoler mes jambes
comme le gibbon ses bras
quand il plaisante avec l'attraction terrestre
et la moustache des jeunes tigres
 
c'est dans ma veste en peau d'enculé  
que je ressemble à rien
mais que j'ai mon style parait-il
 et que je retourne le compliment à la jeune fille
qui a tout pour me plaire
tout de l'icône
et qui me crache à la gueule sûrement par manque de vocabulaire mais c'est pas grave  
ça fait encore un truc à boire tout seul
en attendant l'arrivée des agents de sécurité

vendredi 7 novembre 2014

la Punaise Catholique ? le Pou Islamique ? non,le Cafard Hérétique !!!

http://www.lecafardheretique.fr/wp-content/uploads/2014/10/cafard2.jpg








je traverse la ville et la ville me traverse

des fois
j'ai comme l'impression que les objets se servent de moi
et voilà
ma femme établit des règles 
des règlements
des souvenirs pour tout le monde 
sauf pour elle
j'arrive plus à lui parler
les organismes sont sollicités 
on se dispute
on dort mal
c'est malsain
ça rappelle des mauvais moments
des trucs qui passent à la téloche
et qui plombent le moral
des enfants non désirés 
qui deviennent des délinquants
en quelques mots la météo
on range les lunettes de soleil
et on ressort les parapluies
je pars en insultant les voisins 
bras d 'honneur
le mardi
je peux me le permettre
le mardi soir surtout
le sperme
du côté d'Auch
y a des lumières qui s'allument
je traverse la ville
et la ville me traverse 
c'est tranquille
colorants naturels 
pour mieux voir la nuit

mardi 4 novembre 2014


Thierry Roquet & Compagnie de Thierry Roquet (Couverture souple) – Lulu FR

la vieille connasse

dimanche matin
de bon matin
à l'ouverture
à la laverie
la vieille connasse surveille son linge
comme un chien son os
comme un maître-chien ménopausé
chaussures de randonnée
pour aller jouer au loto
boucles d'oreille démodées
pour aller faire la noce
la vieille connasse
elle passe pas son tour
à l'heure de l'apéro
violette
virile
bras croisés sur sa chemise en polaire
elle bouge pas sa tête
quand elle me parle du temps qu'il fait
à Biarritz
aujourd'hui
ils se baignent
ça va être comme ça
maintenant le climat
l'été en hiver
et l'hiver en été
l'air de la mer
ça serait mieux pour elle
le toubib lui a encore redit
à Marseille
les loyers sont moins chers qu'ici
la vieille connasse
elle les plaint pas
les filles qui se maquillent
faut voir comment
elle se dit
toi ma fille
habillée comme tu es
un jour
on va te retrouver sur le trottoir
ou je te verrai dans le journal
à la télé
faut pas les provoquer les mecs
la vieille connasse
avec son copain
elle va au cinéma
à la première séance
et à 18 heures
elle est chez elle
elle ressort pas elle
elle va pas faire son jogging
la nuit
quand y a personne
après faut pas s'étonner
la vieille connasse
elle s'étonne jamais


dimanche 2 novembre 2014

automate n° 2

ils sont très pédagogues
ils te parlent de paix intérieure
mais derrière le discours
tu ressens une putain de colère
un truc trop sordide
les guerriers 
les champions
les profs de qi gong
j'ai rien contre eux non
tant qu'ils ne me touchent pas
je sais pas toi
mais moi je pourrais pas 
j'aurais l'impression de me bouffer moi-même
on s'en fout de la famille en fait
des vendanges
des impôts
des fêtes foraines
des matches amicaux
je te parle de désir fondamental
de raison mystique
de sexualité asociale
de déplacements imaginaires
avec un tiers théorique
automate n° 2
à la station-service
dans l'éther
dans l'habitacle
dans des couleurs absolument sublimes
ma cage thoracique s'endort
euh je vais pas traîner moi
ouais je sais
neuroleptiques hein 
le silence
la meilleure musique

objectif vide à l'arrivée

c'est la nuit 
le cadre est flou
j'entends tout
papa vomit
contaminé par la voisine
la veuve 
la salope du Cantal
comment veux-tu que je te comprenne
Thierry
si dans ta tête c'est pas clair
t'étais avec tes potes
et tu faisais le mac
y a rien à expliquer
je t'emmerde Stéphanie
toi et ta boîte
toi et ton projet
"beauté pour la ville"
je crois que c'est sûr
on va pas y aller les voir
les bébés animaux
objectif vide à l'arrivée

vendredi 31 octobre 2014

mots clefs n° 33

coupe au carré en vogue
quelques problèmes avec la justice
deux trois préjugés xénophobes
le début des années 90
c'est un peu la fin des années 80
hein
et ton honnêteté 
c'est juste un manque d'ambition
alors ferme ta gueule
éteins la télé
ferme la porte
et enlève ta culotte
...pizza
...poker
extase & douleur
chant intime qui laisse des traces
tout ce dont vous avez besoin
quand la lumière s'éteint

samedi 18 octobre 2014

vertus curatives

...ça c'est autre chose..les flammes bleues...les jardins verdoyants...l'argent & les idées nouvelles...qui entrent en jeu...juste un moment d'égarement...c'est-à-dire deux heures de marche...aux vertus curatives...sur le chemin de la ville...sur le brasier de la terre...le temps d'un café...je ramène quelques bricoles pour la maison...ainsi qu'une bouchée pour la femme que j'aime...je suis très heureuse...c'est pas terrible comme événement marquant...mais ça suffira amplement...

jeudi 16 octobre 2014

un jour il va plus marcher le coeur

Matthieu c'est mon frère
il est en retard
en voiture
à Orléans
il a un problème
avec la hiérarchie
avec Sophie 
la pute
qui comprend pas
qu'il s'inquiète autant
pour Kenza
sa meilleure amie 
cette petite conne
qui s'est faite hypnotisée
par ce converti
qui ne veut plus qu'elle sorte
serrer la main aux garçons
sinon y a fornication
elle ne travaille plus
elle ne fait plus rien
à part se laisser pousser le cul
et se lisser les cheveux dans les commodités
ça sert à rien de venir
si tu te bouges pas un peu plus
à l'intérieur
un jour 
il va plus marcher le coeur

ça va être un vendredi normal moi je dis

vieux terrain d'entraînement
maison d'arrêt
ancienne base aérienne
plutôt que de visiter connement
je me suis perdu au soleil
en silence en Espagne
entre courant et contre-courant
rythmique de la rivière
le temps de réfléchir
sur des cailloux blancs
à Jésus qui n'était pas chrétien 
à certains médecins qui refusent la chimio
à certains cheminots qui ont peur de prendre le train
aux producteurs de lait
qui ne peuvent pas se payer de yaourts
c'est pas jojo
quand l'exception devient la règle
ciel dégagé
correspondance agréable
finalement
ça va être un vendredi normal
moi je dis

mardi 14 octobre 2014

              http://www.revuemeteque.com/revues

Miss Patterson again

Miss Patterson pense qu'une trottinette
nuirait à mon image de poète obscur
que je devrais définitivement opter pour un vélo
ainsi que pour une grosse barbe
elle a aussi un problème avec mes nouvelles godasses
je la soupçonne parfois de vouloir régner
et régir et régenter
un peu comme certains fans de Tolkien
ou de Napoléon
enfin bref
Miss Patterson a rêvé de moi
que j'habitais une maison de plain-pied
une toute petite maison
toute petite et toute blanche
une petite maison dont la façade bénéficie
d'un nombre impressionnant de fenêtres
qui donnent sur la rivière
une jolie rivière bordée de bouleaux
où des Algonquiens du nord
naviguent sur de magnifiques canoës
ah et puis petit détail
la table de ma cuisine
est presqu'entièrement recouverte de livres 
mais flûte à la fin
mais qu'ils aillent tous se faire foutre
Miss Patterson en a marre 
elle a faim
elle est fatiguée
elle dit que je suis jaloux de son enthousiame
elle dit que j'ai une écriture de gonzesse
et que mon réveil-matin en peau de caïman rouge
pourrait tout à fait être celui d'une vieille pute 
(pourquoi vieille d'abord ?)
elle m'annonce aussi qu'elle est enceinte
et apparemment
y a pas grand monde au courant
dans les virages
les rames du tramway chantent comme des bélugas

mardi 7 octobre 2014


la nuit tombe toujours au bon endroit

des gens qui se cherchent
des gens qui ne veulent pas d'enfants
des gens qui gardent des moutons
à moto
en Australie
et qui pourraient faire un beau mariage
en Indonésie
mais qui préfèrent ne pas...
des gens qui boivent 
passqu'ils brûlent
des gens qui brûlent
passqu'ils boivent
et qui finissent
tôt ou tard
soit par citer Nietzsche
soit par montrer leur bite
des gens qui se mettent à la boxe 
pour se friter avec les arabes
des gens qui ne dorment pas
des gens qui doivent faire un régime
et qui veulent tout connaitre
des calories
des minéraux
des vitamines
et qui font des fiches
pour accrocher aux murs
passque voilà
ils sont en prison
des gens qui doivent partir en Nouvelle-Calédonie
tenir un standard
gérer un carnet de rendez-vous
dans un salon de massage
dans un hôtel
dans 15 jours
et qui ne parlent pas un mot d'anglais
sacré défi hein
des gens qui ont des problèmes d'embrayage
et des embrouilles avec des connards
trop vieux et trop bourrés
trop fans de Metallica 
des gens dont le prénom est unique
des gens dont le père est diplomate
pédophile & violeur
quand c'est dans ta famille
c'est pas pareil
des gens qui font le tour du monde
qui font de la plongée
qui ramènent des photos incroyables
et qui sont bien bien lourds avec ça
le football
l'armée
l'école
l'hétérosexualité 
je sais Jean
à mon âge
je devrais savoir tout ça
mais j'en ai rien à foutre 
la nuit tombe toujours au bon endroit

mardi 23 septembre 2014


Stéphane

eaux croupies
poulets rôtis
comme chaque dimanche
du temps ordinaire
95 % des hommes creux
tournent en rond en terrasse
sur le balcon
dans des cubes
dans le doute 
dans leurs besoins d'automatismes
en attendant
une nouvelle orientation de leur vie ou bien
une quelconque embellie dans leur quotidien 
comme eux je n'ai aucun projet
juste deux trois rêves qui m'améliorent 
passque moi au moins j'ai admis mon niveau de merde
rame en approche
la sobriété me défonce
il se peut que j'aboie




vendredi 19 septembre 2014

encore un truc que les chats adorent

coup de gueule
coup de coeur
coup de cul
des peaux sensibles
sans aucun calcul 
et donc 
sans aucun avenir
en équilibre
comme dans du beurre
dans la chambre
pas nuptiale
ou sur le canapé 
pas convertible
bien sûr que ça existe
dans les dessins animés
ou bien à Bordeaux
dans certains quartiers
des hypothèses
des rituels
qui te protègent
puis qui finissent 
par t'emmurer vivant
ça y est 
la ville est rentrée chez elle
et tu vas où tu veux
et je vais à mon rythme
encore un truc
que les chats adorent

mardi 16 septembre 2014

 Judith Baudinet

fais-moi jouir papa

papa 
papa
fais-moi jouir papa
euh là ?
de suite ? 
décidément
les filles en 2014
elles n'ont plus de pudeur
elles n'ont plus de figure
elle ne font plus attention
avec leurs petites jupes
elles boivent de la vodka
en public
au goulot
à la gare routière
elles se bavent dessus
elles se pissent de rire
sur leurs cuisses
le soleil ricoche
comme sur l'aile d'un avion 
sur un banc
y a des bites
des croix gammées
dessinées au marqueur
et des étoiles de David
et des petits coeurs
gravés au cutter
papa 
il est pas là papa
petite idiote
tu as encore oublié
on est mercredi
il travaille ce soir
papa
chauffeur de bus
perché comme un château
toujours poli
toujours gentil
toujours serviable
oui mais voilà
un fourgon blanc
dans un tunnel de verdure
c'est toujours inquiétant
oui mais voilà
le seul truc vraiment chiant
c'est la housse de couette
à part ça
franchement
on est tous pareils

photo SC